la
MAC de
pérouges

3 sept. — 2 octobre 
Vernissage / brunch
le samedi 3 septembre à 11h30

« Rose
... Still Life »

Marie-Noëlle Décoret · Elisabeth Gilbert Dragic

Vernissage / brunch le samedi 3 septembre à 11h30

« Ô Mère, qui créas en ton sein juste et fort
Calices balançant la future fiole
De grandes fleurs avec la balsamique Mort
Pour le poète las que la vie étiole  »

extrait du poème Les fleurs de Mallarmé

Marie-Noëlle Décoret


Visiter le site de l'Artiste → www.marienoelledecoret.com

Marie-Noëlle Décoret plasticienne, s'approprie l'histoire de la peinture et des artistes. Photographe, elle saisit les lieux de retrait et de passage.

On se souvient de ses Peintures d'aveugle à la peinture blanche fondue dans le papier, où seul le déplacement fait se rencontrer l'incidence de la lumière avec le spectateur pour lui en offrir la lecture. Plus récemment, ses Portraits sanguine, portraits d'artistes peints avec son sang dilué, font se rapprocher la pratique artistique de l'éphémère de toute chose.

Avec ses photographies, Marie-Noëlle Décoret capture la lumière des espaces clos (Chambres d'isolement, Couvent de La Tourette) ou des lieux de passages (Tunnels) alors que dans les séries des Portraits réfléchis ou Portraits au verre, des Portraits Ferveur, c'est à travers sa correction optique qu'elle saisit les images.

Sa rencontre avec Elisabeth Gilbert Dragic, peintre, l'a amenée à photographier des fleurs coupées en phases d'abandon d'où sont issus ses Portraits fanés.

Elisabeth Gilbert Dragic


Visiter le site de l'Artiste → www.elisabeth.gilbert-dragic.fr

Des fleurs fanées qui rendent leur dernier souffle mais frémissent encore de la sève du désir ou de quelques parfums vénéneux… Elisabeth Gilbert Dragic peint obstinément des fleurs. Inquiétantes, érotiques, funèbres, douces ou vénéneuses… Elles envahissent ou s'étiolent sur des toiles de grand format pour mieux nous capturer.

Cette fragilité florale, presque humaine au fond, rend hommage aux vanités des maîtres espagnols et hollandais de XVIIè, mais aussi aux « natures mortes de chasses », à l'instar de ces fleurs étranges en trois dimensions constituées de peaux d'animaux.