14 octobre — 12 novembre 

Vernissage / brunch
le samedi 14 octobre à 11h30

Ne serai pas là

Laura Ben Haïba, Rémi de Chiara, Morgane Demoreuille, Gilles Maignaud, Bérengère d'Orsay & Bruno Rosier

Expo en Résonance avec la 14e Biennale d'Art Contemporain de Lyon

Vernissage / brunch le samedi 14 octobre à 11h30

Présentation

Le centre, dans son intégralité, est transformé en une sorte de cabi- net d’amateur. Un lieu de travail d’un personnage fictif, censé s’être installé là pour poursuivre une réflexion à partir de collections hé- téroclites accumulées dans toutes les pièces, rangées ou en vrac, déballées ou non.

L’installation

Le lieu traduit un “work in progress”, un lieu de vie entre l’atelier ou le bureau. Toutes les pièces sont occupées. La chambre et la cuisine montrent aussi les préoccupations de l’occupant. Il est censé être là : la radio ou la TV est allumée, on peut s’assoir à son bureau, lire son courrier. Sont dispersées dans l’espace de la MAC ce qui pourrait constituer une collection de collections, ou des débuts de collections plus ou moins classées selon des thématiques dont on découvrira les concordances dans un deuxième temps (c’est pour ça qu’il est là). D’emblée on sait qu’il sera question de mycologie, de minéralogie (enfin de cailloux), de littérature (des listes et un roman invisible), de météorologie et de fractales... selon les thématiques personnelles des participants.

Le personnage

Absent donc, mais dont on devine les préoccupations : un projet qui pourrait s’intituler “Le bazar du monde”, soit une tentative de recen- sion de la complexité du monde. Un projet borgésien en lui-même trop compliqué : les travaux présentés peuvent donc rester dans l’inabouti, ou au simple stade de l’intention.

Les participants

Des artistes invités en fonction d’une démarche qui rentre dans la thématique de la série, fictionnée ou non, et dont les travaux ren- voient à un certain systématisme de collection, scientifique ou non. Un conférencier (André Julliard, ethnologue ? ) Laura Ben Haïba Rémi De Chiara Morgane Demoreuille Gilles Maignaud Bérengère d’Orsay Bruno Rosier

Laura Ben Haïba


ⓒ voir les crédits



Artiste plasticienne née à Villeurbanne le 20 juin 1986, vit et travaille à Lyon et à Décines aux Ateliers du Grand Large de l’ADERA.

À la genèse de l’œuvre, il y a la trouvaille d’un élément unique à l’extérieur de l’atelier, à ses abords ou ailleurs, rapportable ou rattachée à un lieu. Cette notion de trouvaille induit une pratique de la promenade dans un état de disponibilité à la découverte motivée par une curiosité naïve, qui peut déboucher sur une collecte d’images ou de matériaux... Ces trouvailles sont les amorces d’une fiction, une tentative de recomposition ou un essai de reconstitution d’une chose X, jamais restituée en totalité.

L’élément trouvé, un morceau ou un fragment, ce qui est laissé là, est parfois directement intégrée à la réalisation des œuvres. Cette méthode de production peut s’apparenter à celle du «docu-fiction» dans le cinéma, qui consiste à mélanger des éléments documentaires et des éléments fictionnels, pour capturer la réalité «telle qu’elle est» et qui, en même temps, introduit des éléments non réels dans la narration pour renforcer la représentation de la réalité.

Dans le processus de travail, il y a une (re)constitution, une (re) production ou une (re)présentation des artefacts de notre monde, qui questionne les relations que les Hommes entretiennent avec ces objets qu’ils fabriquent et qui les environnent. Les différentes installations explorent les liens que des petits déchets des activités humaines entretiennent avec le paysage urbain. Elles se situent à la frontière d’études scientifiques ou de dispositifs de présentations muséales où ces petits déchets deviennent des preuves fossiles de cette nouvelle ère géologique anthropocène : L'Homme est aujourd'hui la principale force gouvernant l'état, le fonctionnement et l'évolution de la planète.

«Du bricolage considéré comme un des beaux-arts» « Trouvés au hasard ou en fouille, sur le bord de trottoirs, dans les bennes de chantiers, au fond des caves et des greniers... Ils possèdent un vécu, des traces, des accidents, une histoire et caractérisent des modes de vie d’une époque. Achetés dans les magasins de bricolages, décoration, ou bâtiment... Ils sont presque sans qualité, pauvres, communs, identiques; juste des images ou des produits plastiques imitant des matériaux organiques ou minéraux. Le mélange des matériaux « datés » et actuels produit des ensemble autonomes liés au passé, au présent et au futur, comme une archéologie contemporaine et fictive.»

Laura Ben Haïba

Rémi De Chiara


ⓒ voir les crédits



né le 8 juillet 1987, vit et travaille à Lyon. Diplômé de l'ESAD Saint-Étienne, DNSEP Art 2011.

L’anthropocène définit l’espèce humaine comme étant devenue la principale force géologique agissant sur la planète. Anthropocène est le nom que l’on donne à l’ère géologique correspondante, qui commencerait avec la révolution industrielle. Le concept d’ anthropocène produit des modifications dans notre rapport au monde, par exemple, en nous projetant dans le temps géologique, différent du temps humain: il nous est impossible de nous imaginer des durées en centaines de millions d’années, pourtant, les sociétés thermo-industrielles modernes et contemporaines laissent des traces qui persisterons durant de telles périodes. Il produit également des récits de changements profonds à venir, en terme de climat notamment, parfois catastrophiques, qui contredisent l’idéologie du progrès et de la croissance. L’idée de projection évoqué plus haut définie un grand nombres de gestes qui composent ma pratique. Ces gestes tentent un trouble dans les échelles, dans le temps et dans l’espace, afin de produire des formes indécidables entre géologie, archéologie, présent et futur. Les questions d’épuisement, de traces, de l’agencement de la matière et de ces transformations construisent les différentes orientations de mon travail.

Rémi De Chiara

Morgane Demoreuile


ⓒ voir les crédits

Visiter le site de l'artiste

née en 1982 artiste plasticienne.

« Je regarde les distinctions objets/choses/êtres parmi les ressources, le vivant, l’utile, le marketing. Pratique d'installation : objets, moulages, impressions, photographie, vidéo. »

Gilles Maignaud


ⓒ voir les crédits

Bérengère d'Orsay


ⓒ voir les crédits

Visiter le site de l'artiste

Artiste plasticienne née en 1972, vit et travaille à Paris. Bachelor of Fine Arts de la Parson’s School of Design, New-York.

Bérengère d’Orsay travaille de façon continue dans un univers original et onirique aux multiples références créant des œuvres étonnantes où les matières, mystérieuses, portent l’empreinte du temps et oscillent entre des aspects organiques, fossilisées ou encore métalliques. Ses formes empruntent des éléments aux différents règnes qui cohabitent sur notre planète : Minéral, végétal, animal et humain. De l’infiniment petit à l’infiniment grand, les échelles cohabitent également dévoilant ainsi des correspondances et des passerelles entre ces mondes afin d’en saisir l’universalité, l’essence commune. Ces visions holistiques prêtent à la rêverie mais aussi à une réflexion sur les cycles de la nature (conception, germination, éclosion, croissance et déclin) ; sur la perpétuelle transformation de ce qui nous entoure ainsi que sur la place de l’humain dans ce monde complexe et mouvant.

Bruno Rosier


ⓒ voir les crédits

Visiter le site de l'artiste APM (à propos du monde) est le titre général des travaux de Bruno Rosier.

Crédits des images présentent sur cette page :





Laura Ben Haïba
Pudding Plâtre et inclusions, Vue de l’exposition anniversaire C’est du gâteau 2 à L’oeil de Boeuf à Lyon 2016
L’île Graphite et craie sur papier 151x310 cm 2016
7 sculptures2014 peintures acryliques et pigments sur polystyrène . 2014
Rémi De Chiara
Miroir de faille graisse mécanique, charbon et graphite sur plâtre . 2016
Post-carbone pierre noire sur sept plaques de plâtre . 2016
Erosion (FiFaCheChaK) extrait de la vidéo (1h20), . 2016
Morgane Demoreuile
Végétaux modifiés courges géométriques, carton (détail de l'installation) . 2015
Nature morte (Pomum) photos imprimées sur formats publicitaires . 2015
Extractus bernalus photo imprimée sur carte postale (détail de l'installation) . 2011
Gilles Maignaud
Après la pluie papier aluminium . septembre 2017
Fuminopsis pinicola excicata et aquarelle format A3 août 2017
Sporogramme 12 . juillet 2017
Sporogramme 21 . juillet 2017
Bérengère d'Orsay
Ce qu’il en reste Tronc scié et alternateur 50x55x17 cm 2017
Eclosion Ciment-papier et résine 90x50x50cm 2017
❸ ET ❹ Détails de l’installation Voyages Acier et résines Hauteur variable de 120cm à 220cm 2017
Détail de la danse des étoiles Marbre de Carrare, corail et papier maché. 2012
Bruno Rosier
photographie collection routes
carte collage composite 70x100cm
Les Pierres Pas Pareilles Dessin 30x40cm
Le point sur l’infini détail d'installation